Communiqué de presse: le peuple aura le dernier mot

Le référendum contre la loi révisée sur l’énergie a officiellement abouti. Aussi, le peuple aura-t-il l’occasion le 21 mai prochain de mettre fin à une politique énergétique destructrice. Les chances qu’un „non“ sorte de l’urne sont bonnes.

La Chancellerie fédérale a annoncé aujourd’hui que le référendum contre la loi sur l’énergie du 30 septembre 2016 (aussi connue sous le nom de Stratégie énergétique 2050) avait abouti avec 68’390 signatures valables. Les citoyennes et citoyens qui veulent sauvegarder l’approvisionnement énergétique sûr et avantageux dont profite la Suisse aujourd’hui voteront non le 21 mai 2017.

Recourant à des instruments de l’économie planifiée et sans aucun égard pour les consommateurs, l’économie et la nature, la loi révisée sur l’énergie transforme de fond en comble l’approvisionnement énergétique de la Suisse. Les expériences faites avec le tournant énergétique que s’est imposé l’Allemagne prouvent à l’évidence qu’un tel changement coûte des sommes monstrueuses (chaque année le prix d’un tunnel NLFA), sans pour autant permettre d’atteindre les objectifs environnementaux et climatiques prévus. L’Allemagne produit aujourd’hui autant de CO2 qu’au début du tournant énergétique et ne peut pas garantir la sécurité de l’approvisionnement sans centrales électriques au charbon. Les températures hivernales de la semaine dernière l’ont rappelé une fois de plus.

Plusieurs associations économiques – notamment scienceindustries, Swissmem, Gastrosuisse et auto-suisse – rejettent la nouvelle loi sur l’énergie parce qu’elle compromet le succès économique de la Suisse, détruit des emplois et baisse la prospérité. L’association de protection de la nature „Paysage libre“ recommande également le refus, car la loi sur l’énergie prévoit quelque 1000 centrales éoliennes d’une taille jamais vue jusqu’ici dans des paysages naturels et zones de détente encore préservés. Les partis de jeunes du PLR et de l’UDC combattent également la stratégie énergétique, car la jeune génération veut préserver un approvisionnement énergétique sûr et avantageux. Il reste à espérer que d’autres partis et associations rejoignent ce mouvement.

Les chances que le projet soit refusé dans l’urne sont bonnes. Depuis 1979, les citoyennes et citoyens ont refusé cinq fois l’abandon du nucléaire et trois fois une redevance d’incitation sur l’énergie. La loi sur l’énergie combine sournoisement les deux systèmes. Si le Parlement devait s’opposer à une redevance d’incitation, il mettrait en place une autre mesure tout aussi onéreuse pour atteindre les objectifs qu’il a fixés avec la loi sur l’énergie. Si cette dernière est refusée, ces objectifs tomberaient d’eux-mêmes.

2017-05-22T14:28:11+00:00